Estomac - Intestin - Microbiote

La digestion commence par la bouche et notamment par une mastication indispensable. Mastiquer suffisamment signifie que l’aliment doit être réduit à l’état de bouillie avant d’être avalé. Au début, on pense ne pas y arriver et puis une fois cette nouvelle habitude mise en place, on ne peut plus s’en passer : les inconforts digestifs disparaissent (ballonnements, poids sur l'estomac..), la digestion s'améliore déjà

Ensuite, à l’étage du bas, il est important de s’assurer d’une sécrétion suffisante d’acide  chlorhydrique par l’estomac. Si celle-ci est insuffisante, la dégradation des protéines ne pourra pas se faire et il en résultera des conséquences au niveau intestinal avec le passage de fragments de protéines non dégradées, amenant les cellules du système immunitaire à les reconnaître comme étrangers.

 

A la longue cela peut créer une inflammation, de possibles intolérances alimentaires. De plus, une mauvaise digestion des protéines génère une flore pathogène, des ballonnements et autres désagréments.

 

Intestin et microbiote

Notre tube digestif abrite plus de micro-organismes que le nombre de cellules qui constituent notre corps : c’est un ensemble de bactéries, parasites et champignons non pathogènes appelé microbiote intestinal ou flore intestinale.


Un microbiote équilibré est composé d’environ 85% de bonnes bactéries et 15% de bactéries pathogènes. A l’heure actuelle c’est plutôt l’inverse et l’on parle de dysbiose intestinale. L’intestin étant la surface la plus importante touchant à l’immunité (on parle de système immunitaire intestinal), on comprend pourquoi l’équilibre du microbiote, faisant partie de l’immunité, est si important à conserver ou à retrouver.